TWITTER, FACEBOOK ET GOOGLE CONTRE LA PUBLICITÉ SUR LA CRYPTO MONNAIE

FRAUDE : LES RÉSEAUX SOCIAUX FRILEUX FACE AUX MONNAIES VIRTUELLES

Les monnaies virtuelles depuis le début de l’année 2018 ont donc mauvaise presse. La crainte d’une bulle et son risque d’éclatement, la très grande volatilité de ces actifs, l’investissement de plus en plus important de particuliers désireux de gagner de l’argent rapidement sans comprendre le fonctionnement et les enjeux des crypto-monnaies incitent les autorités financières à durcir leur discours à l’image de l’AMF qui réagit au tweet de Nabilla et publie une liste noire des plateformes de vente de crypto-monnaies. Des mesures similaires sont menées dans le reste du monde. Interdiction de crypto-monnaies dans certains pays comme la Russie ou la Chine, le gendarme financier américain accumule les enquêtes et les actions en justice contre des entreprises du secteur, les ministres des Finances du G20 refusent de considérer le Bitcoin et les autres crypto-monnaies comme des monnaies souveraines et ont alerté sur leurs possibles «implications sur la stabilité financière».

Face à cette pression, les réseaux sociaux vont peu à peu en venir à interdire la publicité pour les monnaies virtuelles. Facebook le premier a publié en janvier 2018 une annonce relative aux crypto-monnaies sur son site web. Le F de GAFA y déclarait qu’il allait interdire toute publicité relative à des pratiques jugées mauvaises autour des crypto-monnaies afin de parer les tentatives d’escroquerie, jugeant légitime l’interdiction « des produits et services financiers qui sont fréquemment associés avec des pratiques promotionnelles fallacieuses et trompeuses ». Cette interdiction est également valable pour les autres réseaux sociaux propriété du groupe et notamment Instagram.

Les cours du bitcoin influencés par ces annonces ?

Ces interdictions successives de la publicité pour les crypto-monnaies sur les réseaux sociaux impactent bien évidemment les cours de ces dernières. Ainsi, par exemple, le cours du Bitcoin est passé de 8 646$ le 25 mars au soir à 7 927$ le 26 mars, jour où Twitter publiait sa fameuse annonce.

Cependant, il convient de rappeler que les causes de ces interdictions de publicité dont sont frappés les crypto-monnaies (arnaques, discours plus fermes des régulateurs, etc.) sont aussi en très grande partie les causes de cet effondrement des cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *